Cercle Linguistique d\'Aix-en-Provence

Cercle Linguistique d\'Aix-en-Provence

Parus en 2003

Parus en 2003

 

Jean-Marie Merle (dir), 2003,  Le sujet, Bibliothèque de Faits de Langues, Paris, Ophrys, 341 p. ISBN 2-7080-1051-4.

Recueil de 28 articles consacrés à la notion de sujet. La diversité des approches représentées dans ce volume permet de poser et d’enrichir plusieurs problématiques : celles de la définition du sujet grammatical et de sa contribution à la construction de la référence ; des articulations entre sujet énonciateur et sujet de l’énoncé, entre énonciateur et co-énonciateur, entre locuteur et co-locuteur, entre sujets et discours ; des phénomènes cognitifs et interactifs qui sous-tendent les actes de langage ; de la façon dont le « sujet-personne » s’élabore en élaborant son discours.

Présentation

Sommaire

*       *       *       *       *       *

 

Agnès Steuckardt & Aïno Niklas-Salminen (dir.), 2003, Le mot et sa glose,  Collection Langues et Langage, n° 9, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 308 p. ISBN : 2-85399-530-4

 

Sommaire : tdmlaglose.pdf

Résumé :
"Le génome (carte d'identité chromosomique)", "l'ordre, c'est-à-dire une servitude durable" : parfois, le mot est accompagné d'un commentaire métalinguistique censé l'expliquer. Pour décrire ces séquences discursives, l'ouvrage suit quatre pistes : sur quels mots porte la glose ? Dans quel type de discours la trouve-t-on ? Quelle est sa syntaxe et quels sont ses marqueurs ? Dans ce lieu privilégié du discours, le locuteur dévoile son rapport, subjectif et dialogique, à la langue.

 

*       *       *       *       *       *

 

Joëlle Gardes Tamine (dir.), 2003, L’allégorie corps et âme – entre personnification et double sens, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 252 p. ISBN : 2-85399-522-4

 

 

Table des matières : tdmallegorie.pdf

Résumé :
Régulièrement critiquée depuis le XVIIe siècle sous prétexte qu'elle ne serait qu'une affaire d'abstraction et qu'à la différence du symbole, elle enfermerait le sens dans le dogmatiqme d'une traduction, l'allégorie fait aujourd 'hui l'objet d'un regain d'intérêt. On l'associe le plus souvent au tableau et à la personnification mais la comparaison avec d'autres traditions, comme celle de l'Inde classique, la relie à la question du double sens. À partir d'interrogations sur la définition et l'histoire de la notion, et grâce à des analyses portant sur sa manifestation dans des représentations iconographiques, des discours politiques et des textes littéraires, ce volume réfléchit sur la tension entre deux directions, dont l'une tire l'allégorie vers le corps et le cœur et l'autre vers le soupçon et l'intellect. De la fascination de l'image aux vacillements de l'interprétation, tel est son fil conducteur.

 

*       *       *       *       *       *

 

Christian Touratier (sous la direction de), 2003, Travaux 18, La grammaticalisation. La terminologie, PUP, 330 p. ISBN : 2-85399-550-X

 

Ce volume s'intéresse à deux problèmes d'actualité, qui sont indépendants l'un de l'autre : la grammaticalisation et la terminologie. Il s'efforce d'abord de cerner et de théoriser la notion de grammaticalisation, en s'appuyant sur le point de vue classique de Meillet revisité par Christian Lehmann, et en essayant de l'élargir quelque peu. Il propose ensuite quelques études empiriques portant principalement sur le verbe: l'histoire des deux parfaits du grec moderne, la genèse de l'auxiliaire de futur hongrois, l'apparition des voix passive et causative du créole seychellois, la grammaticalisation d'ordre aspectuel correspondant aux verbes dits supports de l'allemand, et la formation du mode impératif et du temps passé du polonais. Mais deux phénomènes de grammaticalisation concernant le nom sont également envisagés : la formation, en finnois contemporain, d'un article défini, et le figement de certains emplois du datif en russe. Enfin, pour remédier à la "terminologite", maladie dont souffre facilement la linguistique, sauf peut-être en phonologie, ce volume essaie de faire le point sur trois questions brûlantes de terminologie : la notion de modalité, les notions de prédicat et de thème, et les catégories temporelles du verbe.

Sommaire

Christian Touratier, Jean-Marie Merle, "Présentation", p. 9-13

I. Grammaticalisation

A. Théorie de la grammaticalisation

Sibylle Kriegel et Dominique Batoux, "Compte-rendu de die Grammatikalizierung. Eine Einführung in Sein und Werden grammatischer Formen de Gabriele Diwald, in: Germanistische, Arbeitshefte (Niemeyer, 1997), p. 17-33

Sibylle Kriegel, "Grammaticalisation et créoles: un élargissement du concept?", p. 35-57

Daniel Jacob (Univ. de Munich), "Niveaux de grammaticalité: de la fonction primaire à l'autonomie grammaticale", p. 59-81

B. Études particulières dans des langues particulières

Dominique Batoux, "Les verbes support dans les expressions prédicatives en allemand moderne" ; p. 83-98

Charles Zaremba, "Aperçu diachronique des temps du polonais", p. 99-113

Giorgia Katselou, "La grammaticalisation du parfait néohellénique, Du parfait simple aux «parfaits périphrastiques»", p. 115-135

Eva Agnel, "L'auxiliaire fog en hongrois, un cas de grammaticalisation", p. 137-145

Alain Girod et Pierre Larcher, "Un phénomène de grammaticalisation en arabe moderne: le passif périphrastique", p. 147-167

Aïno Niklas-Salminen,"Le statut actuel du déterminant se en finnois parlé", p. 169-182

Robert Roudet, "Syntaxe des cas et processus de grammaticalisation: l'exemple du datif russe", p. 183-206

II. Terminologie

Robert Vion, "Le concept de modalisation. Vers une théorie linguistique des modalisateurs et de la modalité", p. 209-229

Jaap Spa, "La terminologie phonologique", p. 231-240

Denis Autesserre, "La terminologie phonétique", "p. 241-251

Christian Touratier, "Sujet-Prédicat, Thème-Rhème, Topique-Commentaire, Support-Apport", p. 253-275

Kate Howe, "L'expression de la temporalité: complexités de la terminologie", p. 277-330

 

*       *       *       *       *       *

Pierre Larcher2003, Le système verbal de l’arabe classique, coll. « Didactilangue », Publications de l’Université de Provence, 198 p.


[Ce livre est directement issu d’une des deux parties du cours de linguistique arabe professé par l’auteur à l’Université de Provence. Il est également une synthèse des nombreux articles écrits par lui en relation avec ce cours. Il est animé d’un double souci didactique et heuristique, en proposant partout, sous une forme systématique illustrée par de nombreux schémas, des solutions nouvelles à des questions traditionnelles. L’accent est mis en particulier sur deux domaines : les relations et corrélations entre formes verbales dites « dérivées », dont la syntaxe et la sémantique sont ici entièrement revisitées, et, par delà, la question de la dérivation lexicale en arabe classique ; les valeurs sémantiques et pragmatiques des formes verbales conjuguées, dont est proposée une vision purement « relativiste ».]

 

*       *       *       *       *       *

 

Marguerite GUIRAUD-WEBER, Nina KORJENEVSKAÎA & Irina MIKAELIAN, 2003, Exercices de grammaire russe, Collection Didactilangue, Aix-en-Provence, Presses de l’Université de Provence, 232 p. ISBN : 2-85399-531-3

 

Table des matières : tdmrusse.pdf

Résumé :
Le recueil comporte 480 exercices conçus, en principe, pour les francophones non débutants étudiant le russe dans le cadre d'un DEUG ou d'une licence à l'Université. Les apprenants peuvent l'utiliser aussi bien en travaux dirigés avec l'aide d'un enseignant que pour leur travail personnel. Le choix des exercices tient compte des différences structurelles entre le russe et le français, et présente une approche systématique des faits grammaticaux, lexicaux et sémantiques du russe contemporain standard sans négliger certains aspects de la langue parlée.

*       *       *       *       *       *

Jean-Pierre Chausserie-LapréeL’écriture gouvernée. L’organisation complète du poème chez Mallarmé et Valéry, Publications de l’Université de Provence, 350 p. [29 euros]


[Fruit d’une « organisation complète » sans précédent, modèle achevé de poésie construite, les dix « pièces » ici retenues (Apparition, Brise marine, L’Azur, Hérodiade, L’ouverture ancienne, Toast funèbre – Le Rameur, La jeune Parque, Le Cimetière marin et Les Fragments du Narcisse) reposent toutes sur un même principe d’agencement non dit qui fait de chacune d’elles un monument d’architecture verbale entièrement gouvernée. Réunies pour la première fois dans une même étude, elles sont l’objet d’une description systématique qui, dégageant leur structure organique et les techniques d’écriture de deux poètes, livre la clef de leur lecture.


Auteur d’une traduction en vers de Virgile et d’un livre novateur sur 
La Jeune Parque, Jean-Pierre Chausserie-Laprée, professeur émérite à l’Université de Provence a consacré une part importante de ses travaux à Mallarmé et Valéry, faisant pendant quelque vingt-cinq ans, de son séminaire le lieu d’une approche nouvelle de leurs poèmes.]

 

*       *       *       *       *       *

V. Castellotti et D. De Robillard, éds. France, pays de contacts de langues, Cahiers de l’Institut de Linguistique de Louvain, 28. 3-4 (2002) et 29. 1-2 (2003), 153 + 242 p. [50 euros]


[Contient notamment un article de Marie-Christine Hazaël-Massieux : « Créoles et français dans les DOM : contacts de langues ou conflits ? », tome II, pp. 47-69]

 

*       *       *       *       *       *

 

Christian Touratier, 2003, Morphologie et Morphématique. Analyse en morphèmes, coll. « Langues et langage » n°8, Publications de l’Université de Provence, 322 p. ISBN : 2-85399-520-8

 

Le morphème, qui est un des grands acquis théoriques de la linguistique moderne, semble maintenant un peu oublié par les linguistes et les grammairiens, qui en reviennent paresseusement au mot de la tradition. Ce livre voudrait proposer une théorie du morphème et de l'analyse en morphèmes qui soit compatible avec une véritable théorie du mot. Il illustre les concepts de cette théorie en s'appuyant beaucoup sur le français, mais aussi en essayant de décrire des langues typologiquement plus ou moins différentes comme l'allemand, le russe, le latin, le grec, ou encore le finnois, le hongrois, le chinois, le japonais, l'arabe, l'hébreu, ainsi que les langues des débuts de l'écriture que sont le sumérien et l'égyptien. Il le fait en prenant comme corpus des versets du premier chapitre de laGenèse, et les conjugaisons de l'espagnol, de l'italien et du latin.

 

 

 



22/02/2014
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres