Cercle Linguistique d\'Aix-en-Provence

Cercle Linguistique d\'Aix-en-Provence

J. Deulofeu et L. Bérard, Dans quelle mesure les verbes "ponts" (en gras dans l'exemple) autorisant les contrôles à longue distance dans les énoncés du type : "c'est ce que je crois qu'il fallait faire" sont-ils des verbes auxiliaires ?


José Deulofeu et Lolita Bérard, "Dans quelle mesure les verbes "ponts" (en gras dans l'exemple) autorisant les contrôles à longue distance dans les énoncés du type : "c'est ce que je crois qu'il fallait faire" sont-ils des verbes auxiliaires ?"

Résumé de l'exposé du jeudi 13 décembre 2012:

 

"Dans quelle mesure les verbes "ponts" (en gras dans l'exemple) autorisant les contrôles à  longue distance dans les énoncés du type : "c'est ce que je crois qu'il fallait faire" sont-ils des verbes auxiliaires ?"

 

José Deulofeu et Lolita Bérard


Dans une première partie introductive, nous présenterons le classement des verbes proposé par l'Approche Pronominale en fonction de leur degré de "verbalité" qui associe potentiellement à une catégorie définie par des propriétés morphologiques (TAM), un ensemble de propriétés syntaxiques (d'après Blanche Benveniste 2010 Chapitre 3.3.3) :
(1) Sélectionner des places syntaxiques de valences, qui ont des équivalences avec des proformes
(2) prendre librement des modalités affirmatives, négatives, restrictives

(3) être un support pour les clitiques compléments

(4) être support pour la négation

(5) avoir un accord morphologique avec le sujet

Les verbes de plein statut possèdent toutes ces propriétés. Divers types de verbes, comme les auxiliaires, n'en possèdent que quelques unes. Dans une deuxième partie, Lolita Bérard montrera comment on peut situer les verbes "ponts" dans "l'échelle de verbalité".

Bien que les possibilités semblent grandes pour construire des dépendances à  longues distance, l'observation des occurrences attestées ne conforte pas la majorité des hypothèses posées qui considèrent que le verbe "pont" est un verbe de plein statut, de sorte que le constituant antéposé est contrôlé par un verbe enchâssé dans la phrase dont le "pont" est la tête. Les contraintes syntaxiques et sémantico-pragmatiques, notamment, qui pèsent sur cet enchâssement (Ross 1967, Erteschik-Shir 1973), ne sont pas totalement vérifiées dans les exemples tirés du corpus. D'un autre côté, les occurrences relevées dans les corpus montrent une grande régularité dans la construction des verbes ponts (Dabrowska 2008, Bérard 2012). Ces verbes ont des possibilités minimales d'expansion qui vont de pair avec une interprétation modale que nous définirons comme "non-descriptive". Les rares éléments insérés dans le pont sont des adverbes intensifieurs, des clitiques et des marques de négation, soit des éléments proches de ceux qui s'intègrent à  une unité auxiliaire-participe ou modal-infinitif. La construction et le faible nombre de verbes ponts productifs nous invitent à  considérer que les verbes ponts ont un degré de verbalité faible, de même que les modaux et les auxiliaires, et par là même à renoncer à un traitement par enchâssement de "phrases" (Chomsky 1977) pour lui préférer un traitement par chaîne verbale (Blanche-Benveniste non-publié, Kahane 2000).


Références :

Bérard L. 2012, Dépendances à distance en français contemporain - Etude sur corpus. "c'est ce qu'on pense qui devrait être fait", Thèse de l'Université Nancy 2.

Blanche-Benveniste Cl., 2010, Le français. Usages de la langue parlée, Collection les langues du monde, Leuwen, Peeters.

Blanche-Benveniste, Cl., Non publié, Un statut de chaîne verbale, Mélanges offerts à  G. Lazard.

Chomsky, N., 1977, On WH-movement. In P. Culicover, T. Wasow & A. Akmajian (Éd.), Formal syntax (Academic Press., p. 71-132). New York: New York: Academic Press.

Dąbrowska, E., 2008, Questions with long-distance dependencies: A usage-based perspective. Cognitive Linguistics, 19(3), 391-425.

Erteschik-Shir, N., 1973, On the nature of island constraints. Thèse du Massachusetts Institute of Technology, Cambridge. Consulté de http://dspace.mit.edu/handle/1721.1/12991

Kahane, S., 2000, Extractions dans une grammaire de dépendance lexicalisée à bulles. Traitement Automatique des Langues, 41(1), 187–216.

Ross, J. R., 1967, Constraints on variables in syntax. Thèse du Massachusetts Institute of Technology. Dept. of Modern Languages and Linguistics. Consulté de http://www.eric.ed.gov/PDFS/ED016965.pdf


18/03/2013
0 Poster un commentaire

Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser