Cercle Linguistique d\'Aix-en-Provence

Cercle Linguistique d\'Aix-en-Provence

Françoise Nin, La traduction des constructions prépositionnelles : un casse-tête franco-espagnol. Illustration à partir de l’étude d’un cas


Françoise Nin, Résumé et article : La traduction des constructions prépositionnelles : un casse-tête franco-espagnol. Illustration à partir de l’étude d’un cas

Françoise Nin

 Les prépositions en espagnol

 La traduction des constructions prépositionnelles : un casse-tête franco-espagnol. Illustration à partir de l’étude d’un cas.

 

 

Si le français ne possède qu’un verbe ETRE, l’espagnol est doté de SER et ESTAR, qui a eux deux, couvrent le champ balayé par ETRE.

Le choix de l’un ou de l’autre s’impose dans certain cas. Ainsi, lorsque ETRE est suivi d’un substantif, ou d’un substitut de substantif, seul le verbe SER peut être utilisé. Si l’on veut indiquer une localisation, alors c’est ESTAR qui s’impose. Mais bien entendu, nombreux sont les cas où le choix n’est pas si évident, en particulier lorsque ETRE est suivi d’un adjectif ou d’un participe passé : ce cas est un véritable casse tête pour toute personne s’initiant à la langue espagnole.

 

De nombreuses études à visées didactiques se sont intéressées à cette difficulté majeure, et pourtant le problème n’est toujours pas résolu ! En général, elles partent du français : comment traduire « ETRE + » ?  Or, la comparaison entre, par exemple, phrases en « ETRE + prep » et « SER / ESTAR + Prep, montre qu’un certain nombre des phrases espagnoles étudiées n’ont pas leur équivalent dans les phrases françaises retenues. Cela  signifie que certaines tournures en SER / ESTAR + Prep. ne sont pas rendues en français par ETRE + Prep.

Il peut alors sembler judicieux d’essayer de partir des constructions espagnoles en SER / ESTAR, pour aborder ce problème à l’envers. Nous allons illustrer cette démarche à l’aide d’un cas précis : la recherche des équivalents français des structures SER + préposition (de) + substantif et ESTAR + préposition (de) + substantif.

 

A partir d’un corpus donné, et en suivant les méthodes d’analyse longuement éprouvées par le laboratoire de M. GROSS (le LADL), nous allons tâcher de mettre en évidence les caractéristiques de ces structures: classes de substantifs précédés de DE, présence ou non de déterminants, types de modifieurs acceptés dans ces structures, caractère figé ou pas de la structure, etc.

Nous espérons ainsi montrer que la connaissance et le répertoire de ces caractéristiques peuvent faciliter le passage d’une langue à l’autre,  constituant un outil pour le traducteur, que ce soit à main ou à l’aide d’ordinateur, mais aussi pour l’enseignement et l’apprentissage des langues concernées, de la part de natifs de l’autre langue.

 

Lire l'article : travaux_21_prep_francoise_nin.pdf


24/06/2013
0 Poster un commentaire

Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser