Cercle Linguistique d\'Aix-en-Provence

Cercle Linguistique d\'Aix-en-Provence

Jean-Marie Merle, Résumé et article : Remarques générales sur les prépositions en anglais

Jean-Marie Merle 

Remarques sur quelques prépositions en anglais

 

Jespersen classe les prépositions au côté des adverbes, des conjonctions et des interjections  parmi les « particules ». Effectivement, on peut montrer que certaines particules adverbiales de l’anglais ne se distinguent des prépositions que par leur distribution (He was in / He was in the house) et sont susceptibles de deux fonctionnements syntaxiques différents, l’un correspondant à une forme d’intransitivité, l’autre à une forme de transitivité ; on peut montrer par ailleurs que certaines particules de l’anglais sont indifférentes à la distinction entre prépositions et conjonctions (They will not leave until next week / They will not sell the flat until their youngest daughter has left).

Dans certaines limites cependant :

certaines particules ne peuvent avoir que l’un ou l’autre de ces fonctionnements ;

le groupe prépositionnel reste foncièrement exocentrique (hétérogène) et ne peut donc se réduire à une préposition-noyau ;

la position (cf. P. Garde) de la « pré-position » fait souvent mentir le terme de « préposition » (cf. The bed he is supposed to have slept in… / Which bed did he sleep in ? / This bed hasn’t been slept in), mais vient confirmer que la préposition remplit une fonction diastématique (au même titre que la conjonction), c’est-à-dire une fonction de relateur.

Il existe en anglais contemporain standard deux couples de particules, with / without et into / out of, qui ne sont susceptibles que d’un fonctionnement de préposition : elles doivent introduire un segment nominal ou nominalisé. Lorsque ces deux couples sont suivis de nominalisations, nexus ou gérondifs (With Hedwig gone, he could not send a message / He dived without taking off his clothes /// He talked her into going to the cinema / He talked her out of going to the cinema), ils tendent à exprimer respectivement la validité / non validité et la validation / non-validation du contenu qu’ils introduisent.  Nous observerons ces deux couples de prépositions, dans la perspective de l’interdépendance posée par la fonction diastématique.

Lire l'article : travaux_21_prep_jmmerle.pdf



24/06/2013
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres